Profitez des soldes !

Carlo Molinari : Une sérénité totale

Faryd Mondragon sera jugé le 14 mars par le Tribunal Correctionnel de Paris pour avoir présenté un faux passeport grec. Faryd conteste cette affirmation et clame sa bonne foi, alors que le FC Metz par la voix de son Président se déclare d'une "sérénité totale" dans cette affaire.
Partager cet article :



Journée riche en rebondissements hier, puisqu'en pleine conférence de presse du
Président Molinari, une dépêche de l'Agence France Presse,
annonçait de source judiciaire que Faryd Mondragon était passé aux aveux lors
de sa garde à vue, lundi à Metz. Une heure plus tard, le gardien, démentait fermement
au siège du club avoir tenu de tels propos: "Je suis de bonne foi. Les enquêteurs
m'ont mis le doute. Mais j'ai fourni les documents demandés."



Une chose est certaine: il comparaîtra devant la 16e chambre du tribunal correctionnel
de Paris pour "détention et usage de faux documents administratifs" le 14 mars.
Voilà pour le versant judiciaire.



Face à la tempête médiatique de ces derniers jours, et suite aux informations
- souvent erronées - distillées sur les ondes, le Président Carlo Molinari, dans
sa conférence de presse d'hier, a tenu à apporter plusieurs précisions dans "ce
que l'on peut appeler maintenant l'affaire Mondragon".



Sur le plan sportif, la principale information déjà dévoilée par Patrick Razurel
au micro de D!rect 92.8 à la mi-journée a été confirmée par le Président : "Faryd
ne jouera pas avec le FC Metz d'ici le 14 mars, nous sommes dans l'obligation
d'appliquer le principe de précaution, sinon tous les clubs que l'on rencontrerait
déposeraient des réserves."

Un risque bien trop grand pour le club grenat. Faryd Mondragon manquera donc au
minimum les matches suivants : Dieppe, Sedan, Monaco, Bastia, Troyes, Saint-Étienne.
Voilà les Grenats privés de leur précieux gardien à l'entame de la dernière ligne
droite. Et c'est fort fâcheux. David Klein et Johan Liebus, sauteront dans la
brèche dès ce samedi en Coupe de France, mais le Président avoue " vouloir réfléchir"
avec son staff à la venue d'un autre gardien d'ici la fin du Mercato.



Quant à l'avenir de Faryd sous les couleurs messines, Carlo Molinari estime "ridicule
qu'il reste à Metz à ne rien faire, car il faut de toute façon qu'il puisse continuer
à jouer". Le Président messin envisageait dès hier soir de consulter son staff
afin d'étudier "la possibilité de le prêter 6 mois, voire - au pire - de transférer
le joueur".



Le club déjà pénalisé par ce principe de précaution, devra également passer devant
les instances du football français. Optimiste, Carlo Molinari reste confiant avec
un argument en béton : "La bonne foi". Verdict le 30 janvier, puisque les dirigeants
messins et monégasques iront s'expliquer devant la commission de la LNF. Les arguments
de Carlo Molinari et des siens ont-ils une chance d'être entendus? "Lors de nos
22 matches disputés cette saison, nous n'avons jamais atteint le quota de trois
étrangers hors union européenne imposé, feuille de match comprise, ce n'est pas
le cas d'autres clubs. Nous n'avons pas faussé la compétition". Sous-entendu :
la faute de Metz n'est pas aussi lourde que celle de Saint-Étienne.



Et le Président d'ajouter : Nous allons défendre notre bonne foi dans cette affaire
car Faryd Mondragon possédait son passeport 18 mois avant sa venue à Metz. Ce
document lui a été délivré le 15 février 1999 à Salonique alors que nos premiers
contacts ont eu lieu un an après". "D'une sérénité totale", le président du FC
Metz a même renouvelé sa confiance en Faryd Mondragon: "Nous avons été abusés,
lui également je pense. Ce n'est pas le genre du garçon de tricher." Et si jamais,
le passeport était effectivement faux: "On avisera. Mais on peut, pour le moins,
avoir des doutes. Quatre passeports ont été vérifiés (NDLR : Gunter Van Handenoven,
Patricio D'Amico, Danny Boffin), trois sont bons..."



Au lendemain des sanctions prises à l'encontre de l'ASSE (7 points en moins et
4 mois de suspension dont deux avec sursis pour Alex et Levytsky, un an de suspension
pour Gérard Soler, Président délégué), que va devenir le FC Metz ? Aucune réclamation
n'ayant été portée et les résultats homologués (du moins jusqu'à la 17ème journée),
et au vu de la bonne foi évidente des dirigeants messins, l'équipe d'Albert Cartier
devrait conserver le nombre de points actuel. Verdict le 30 janvier.



Mais dès demain une autre affaire devrait connaître son épilogue : le match RC
Strasbourg - FC Metz, sera-t-il donné gagnant aux messins ou à rejouer comme le
révélait L'Equipe il y a quelques jours?



En attendant les joueurs se préparent d'arrache-pied à l'entraînement pour les
prochaines échéances et tentent de se préserver, car dans cet imbroglio judiciaire
et sportif, il demeure un objectif majeur: le maintien en division 1...

A lire également

27fév2021

Album photos

À l'issue de la nouvelle victoire en déplacement sur la pelouse des Girondins de Bordeaux (1-2), Fabien Centonze s'est emparé de l'appareil photo...
Lire la suite

Album photos

Crédit photo : Quentin Salinier/FCGB
Lire la suite

Le Match

Moins d'une semaine après un déplacement victorieux sur la pelouse de l'OGC Nice (1-2), le FC Metz était une nouvelle fois en voyage. À l'occasion de...
Lire la suite