Réservez votre place pour Metz - Marseille !

Victor Zvunka : ''Avec nos moyens''

Avec un tel nom, l’entraîneur du Stade Lavallois Mayenne FC ne peut renier ses origines et manifestement retrouver le club de ses débuts lui fait plaisir. Même si le temps file...
Partager cet article :

L'histoire du FC Metz est riche de nombreux joueurs de qualité mais aussi de
familles qui ont donné plusieurs de leurs représentants à l'équipe lorraine.
On songe ici aux Zénier, aux Flucklinger, aux Heinrich, aux Schuth...et bien
sûr aux Zvunka dont l'un des membres, Victor, va se dresser sur la route des
Grenats samedi soir au stade Francis-Le Basser.

"J'ai quitté Metz en 1973 pour l'Olympique de Marseille où je succédais
à mon frère Jules. J'ai ensuite porté les couleurs de Laval (de 1981 à 1983)
puis celles du Matra Racing où j'ai terminé ma carrière de joueur." Au bout
du fil, Victor Zvunka est manifestement content d'évoquer le bon vieux temps.
C'est l'instant choisi par Jean-Paul Scheid pour passer en coup de vent dans
le bureau...et pour les deux compères quelques instants de franche rigolade
au cours desquelles les oreilles de Georges ont sans doute sifflé !

"J'éprouve toujours un sentiment particulier lorsque je joue contre Metz et
je me souviens avoir dit à Georges en avril dernier mon espoir de retrouver
le FCM. Mais à l'époque nous jouions la montée si nous l'emportions à Saint-Etienne...la
suite a été moins favorable mais je ne pensais pas que mon club d'origine puisse
dégringoler à l'échelon inférieur. Le club donnait tellement de gages de solidité
mais il est vrai aussi que, vu de l'extérieur, il y a peu mal de changements
en très peu de temps qui ont dû perturber le bon ordonnancement de l'ensemble."


L'entraîneur mayennais évoque ensuite la première partie de saison de son équipe
: "Jusqu'à la 10ème journée, j'étais plutôt satisfait mais depuis 4, 5 matches
on est un peu dans le trou comme si la fébrilité nous avait gagné. Vous savez,
le club n'a pas trop de moyens et à l'intersaison j'avais demandé quelques renforts
mais sans succès. Il me faut aussi composer avec les pépins et j'ai perdu pour
un moment Moreau et Elbaï si j'ai l'espoir de récupérer Macé pour la venue des
Messins samedi. Cela explique sans doute que nous sommes moins compétitifs en
ce moment."

Le match contre les Grenats semble faire un peu bouger les choses en Mayenne
mais Victor Zvunka y met un bémol d'importance : "Depuis une dizaine de jours,
nous vivons un temps de chien, les dépressions se succédant et dimanche dernier
tous les matches de Ligue et de districts ont dû être remis. Les conditions
ne sont pas terribles même si cela a l'air de s'améliorer. Pour le reste, le
public a la nostalgie de la Division I et la moyenne doit tourner entre 3 500
et 5 000 spectateurs, les plus fidèles. A part cela, Laval est un bon club où
je peux travailler en toute tranquillité. J'ai carte blanche mais les moyens
ne suivent pas forcément."

L'occasion de parler du prochain départ du président en place, lequel depuis
sept ou huit ans s'est attaché à remettre le club sur les bons rails avant de
céder (sans doute) sa place à l'un de ses vice-présidents qui songe au passage
en SASP et donc à l'ouverture du capital du Stade Lavallois. Histoire de tenter
de donner plus de moyens à Victor Zvunka qui fête demain ses 51 printemps. Bon
anniversaire Victor...mais pas d'excès de zèle samedi !!!

A lire également

07déc2019

Le Match

Pour finir cette semaine à trois rencontres, le FC Metz se déplaçait sur la pelouse de l'OGC Nice. Sans le moindre succès depuis six matches, le club...
Lire la suite

06déc2019

Web TV

06/12/2019 Nice - Metz, la conférence d'avant-match Toutes les vidéos
Lire la suite