Réservez votre place pour Metz - Marseille !

Trois questions à Philippe Gaillot

A cinq jours de la clôture du mercato, le FC Metz s’est séparé, en attendant le départ de Zewlakow, de deux joueurs recrutés cet été : Ahn et Paisley. Philippe Gaillot tente d’expliquer ces échecs et évoque la venue de Jamal Alioui.
Partager cet article :
Philippe, Metz vient d’engager
Jamal Alioui. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce joueur et les raisons qui
vous ont poussé à l’engager ?

Philippe Gaillot : Nous l’avons eu à l’essai
pendant une semaine et il a participé à un match amical avec nous
contre Virton. Malgré des conditions de jeu difficiles, nous avons pu
le jauger. C’est un latéral droit assez tonique, qui a du caractère.
Il a fait un bon parcours en équipes de jeunes à Lyon, que ce
soit avec les 17 ans ou l’équipe réserve. Puis il est parti
en Italie. Ces derniers temps, il éprouvait l’envie de revenir
en France et a sollicité plusieurs clubs. Comme nous avons laissé
partir Samuel Allegro et qu’en plus, Grégory Paisley a rejoint
Troyes, nous étions légers au niveau du nombre. D’autant
que sur le côté droit, nous n’avions qu’une solution
avec Franck Béria. C’est pourquoi nous avons pris la décision
de l’engager.

Le FC Metz est-il susceptible
de faire venir ou de faire partir des joueurs avant le 31 janvier ?

P.G. : En faire partir, oui. Il y a Marcin Zewlakow, pour lequel
nous avons quelques contacts bien qu’aucun n’ait abouti pour le
moment. En faire venir, je ne pense pas. Même si Marcin part, nous devrions
rester à peu près dans cette configuration, sauf opportunité
particulière avant la fin du mercato.

Zewlakow, Ahn et Paisley sont
trois éléments que le club avait recruté pour élever
le niveau de l’équipe. Comment expliquez-vous ce triple échec
?

P.G. : Concernant Ahn, tout le monde a constaté son
talent dès son arrivée. Ensuite, je pense que ses performances
ont été très perturbées par ses voyages en Corée
du Sud. Pourtant, son adaptation dans le vestiaire s’est faite relativement
correctement. Mais il n’a jamais réussi à redresser la tête
et montrer tout ce qu’il était capable de faire. Pour nous, c’était
difficile de garder un joueur de ce niveau sur le banc ou en dehors. Avec les
arrivées de Youla et Pimenov, cela risquait d’arriver souvent.
Pour Greg Paisley, c’est un peu plus surprenant puisqu’il a tout
de même un certain nombre de matches de Ligue 1 derrière lui et
qu’il s’agit d’un joueur confirmé. Finalement, il n’a
pas réussi à s’imposer et ne s’est jamais vraiment
bien senti chez nous. Il a souhaité nous quitter. Contraindre un joueur
à rester n’est pas intéressant. Sa non-réussite est
une déception pour nous car aucun paramètre ne laissait entrevoir
cet échec. Les matches de préparation s’étaient bien
déroulé, il était à un niveau intéressant
et nous apportait ce qu’on attendait de lui. Puis, au fur et à
mesure, cela s’est dégradé. Quant à Marcin, il a
passé le plus clair des matches aller sur le banc. Pour lui, faire six
mois comme ça dans une carrière peut arriver mais faire un an
sans jouer est une mauvaise chose. L’arrivée de renforts offensifs
lui compliquent la tâche. Son intérêt et de trouver un club
qui lui offre du temps de jeu afin qu’il retrouve de la confiance. Il
lui reste deux ans de contrat chez nous à l’issue de cette saison.
Si nous voulons que sa valeur reste élevée, il faut qu’il
puisse se mettre en valeur.

A lire également

12déc2019

Actualités

Ce vendredi, les Grenats s'entraîneront dans la matinée. À la veille de la réception de l'Olympique de Marseille, la séance du jour se déroulera à...
Lire la suite

Infirmerie

Suite à sa commotion face au Stade Rennais, Alexandre Oukidja passait des examens neurologiques complémentaires ce jeudi. Les résultats sont positifs...
Lire la suite

Coupe de France

Pour son entrée en lice en Coupe de France, le FC Metz ira défier le FC Rouen, lors des 32ème de finale. La programmation de cette rencontre est...
Lire la suite