Une peluche Grayou offerte à chaque nouveau-né mosellan !

Metz repart pour un tour !

Grâce à un superbe succès sur Strasbourg (3-0), les Grenats se sont qualifiés pour les huitièmes de finale de la Coupe de France. Tant par le résultat que par la forme, cette partie a été une réussite et doit être considérée comme une référence.
Partager cet article :

C’est peut-être une belle aventure qui a débuté, vendredi soir, au stade de la Meinau. Les hommes d’Yvon Pouliquen, malgré un début timide, ont surclassé leur adversaire au cours de la seconde période. Certes, l’ouverture du score de Wilmer Aguirre, dès le retour des vestiaires, peut être considérée comme chanceuse. Mais le vent avait déjà commencé à tourner.
Ce sont pourtant les Strasbourgeois qui tirèrent les premiers. Mais le but inscrit par Renteria fut annulé pour un hors-jeu (12°) et la frappe puissante de Dos Santos ne surprit pas Marichez (14°). Passés ces deux avertissements, le jeu messin se mit doucement en place. Aux erreurs techniques du début de partie succédèrent de bonnes phases de jeu, grâce notamment aux milieux offensifs Daniel Gygax et Miralem Pjanic. Le premier prit de vitesse la défense alsacienne avant de trouver Puydebois sur son chemin (30°), le second expédia une demi-volée que le portier alsacien priva de la lucarne (31°).
Un autre élément gênait visiblement la défense de Strasbourg : le jeu en profondeur de Wilmer Aguirre. Celui-ci faillit déjà ouvrir la marque avant le repos (44°), ce qu’il réussit grâce à un contre heureux sur Bellaid, trente trois secondes exactement après que Monsieur Layec ait sifflé le coup d’envoi du deuxième acte (0-1, 46°). La défense centrale des Bleus et Blancs avait trouvé son bourreau. Le Péruvien, qui n’a inscrit que deux buts en Ligue 1 cette saison, en a donc marqué autant ce soir en Coupe de France. A la finition d’un contre habilement mené par Sébastien Renouard, il trouva à nouveau la faille de l’intérieur du pied (0-2, 64°).
Le banc messin explosa, et Sébastien Bassong oublia qu’il s’était claqué au cours de la première période. Voilà peut être le point noir de cette soirée, avec la sortie également sur blessure de Manuel Corrales, dont c’était la première titularisation en compétition. Le penalty manqué par Laurent Agouazi à quelques minutes du terme aurait pu s’ajouter à ce registre (85°). Mais il ne porta heureusement pas à conséquence. La partie était pour ainsi dire terminée. Strasbourg avait tenté de revenir, monopolisant le ballon sans jamais parvenir à créer le danger. Pjanic ajouta donc la cerise sur le gâteau. D’une action individuelle pleine de culot, il passa en revue la défense strasbourgeoise avant de marquer le but du 3 à 0 dans un angle improbable (0-3, 90°). La Meinau, médusée, finissait de se vider. Le FC Metz, qui n’a gagné qu’une fois en Ligue 1, est invaincu en Coupe. Et il n’a pas encore joué à domicile.

A lire également

28Mar2020

Web TV

28/03/2020 Joyeux anniversaire Thierry ! Toutes les vidéos
Lire la suite

25Mar2020

Web TV

25/03/2020 19-20 : le top 10 des buts messins ! Toutes les vidéos
Lire la suite