Réservez votre place pour Metz - Brest !

« Pas plus de pression »

Absent contre Bordeaux, Christophe Marichez est remis. Le gardien de but et capitaine des Grenats aborde le derby à venir contre Strasbourg avec sérénité et envie. Il est temps, selon lui, de relever la tête au classement en gagnant à domicile.
Partager cet article :

Christophe, vous avez manqué le déplacement à Libourne en raison d’une blessure, comment allez-vous aujourd’hui ?

Christophe Marichez : « Bien, merci. J’ai pris une petite semaine pour me soigner d’une élongation contractée face à Caen. Cela m’a fait du bien de laisser passer ce match de Bordeaux. J’ai repris avec Jean Claude Nadon en début de semaine et ce matin, j’ai pu faire une séance tout à fait normale. Je serai opérationnel samedi contre Strasbourg, si Francis De Taddeo décide de faire appel à moi. »

Après un bon début de saison, Strasbourg semble quelque peu marquer le pas. Est-ce le bon moment pour prendre le Racing à Saint-Symphorien ?

C.M. : « Chaque équipe est amenée à vivre des mauvaises passes au cours d’une saison. Actuellement, il semble que ce soit le cas de Strasbourg. De notre côté, nous avons un peu plus de certitudes qu’auparavant. Nous allons préparer cette rencontre au mieux. Quel que soit l’adversaire, il nous faut glaner un maximum de points désormais. Le moment est venu pour nous de remporter notre premier match devant notre public. Cela nous permettrait d’augmenter ce capital confiance que nous commençons à accumuler. »

Il s’agit d’un derby. Ressentez-vous plus de pression à l’approche de ce type de rencontres ?

C.M. : « Il y a une grande attente des supporters puisqu’ils revendiquent la suprématie locale. Pour nous, bien sûr, c’est un match important car il nous permettrait de nous resituer au classement. Mais des parties de ce type, nous en jouerons plusieurs au cours de la saison. On ne peut donc pas dire que ce match nous met plus de pression qu’un autre. »

Il y a eu pas mal de surprises en Ligue 1 ces derniers temps. C’est un championnat un peu ‘fou’, non ?

C.M. : « Je ne crois pas. Chacune des équipes commence à trouver la pleine mesure de ses moyens. A part une ou deux formations qui peuvent se détacher comme Lyon ou Nancy, à la faveur de son excellent départ, cela se joue à peu de choses. Caen a battu Toulouse, nous sommes allé gagner à Caen. Je pense que nous pouvons gagner contre n’importe qui. Pour preuve, nous n’avions pas à rougir de nos prestations face à Paris ou Bordeaux en championnat même si la victoire ne fut pas au rendez-vous. Le championnat est en effet assez homogène. »

Christophe MarichezFrancis De Taddeo a répété plusieurs fois que son équipe devait s’adapter à la Ligue 1. L’écart de niveau avec la L2 est-il aussi palpable lorsqu’on est gardien de but ?

C.M : « Oui, en Ligue 2, une perte de balles dans les trente mètres n’engendrait pas forcément un but. On a vu, lors des premiers matches, que le même type d’erreurs était souvent sanctionné à l’étage du dessus. Je pense que la différence se situe surtout au niveau de la vitesse d’exécution et de la prise d’information. Nous nous en sommes bien rendu compte. Il faut que nous continuions à travailler cet aspect. L’expérience et la confiance que nous accumulerons nous amèneront ce petit plus qui nous permettra de prendre plus souvent nos aises en Ligue 1. »

Entre gardiens, la solidarité est généralement de mise. Comment Richard Trivino vit-il sa mise à l’écart ?

C.M. : « Dans un premier temps, cela a sans doute été difficile à vivre pour lui. Je pense qu’il a repris le dessus aujourd’hui. Il travaille en ce moment avec beaucoup de professionnalisme afin d’être prêt si on fait de nouveau appel à lui. De notre côté, nous avons essayé d’être à ses côtés à la suite des événements survenus lors du match contre Lille. Dans la vie de tous les jours, il y a de la solidarité, nous bossons ensemble dans la bonne humeur. Il sait que nous sommes là pour l’aider. »

En quoi consiste concrètement votre rôle de capitaine au quotidien ?

C.M. : « Lors des séances d’entraînements, j’essaie avant tout de montrer l’exemple en faisant preuve d’humilité et en travaillant. Mais ça, je pense que les joueurs l’ont bien assimilé au sein du groupe et que nous sommes tous dans le même état d’esprit. Les jours de match, particulièrement, nous sommes plusieurs à essayer d’insuffler une dynamique. Les garçons sont réceptifs, et de plus en plus, ils participent à cet allant. Dans les moments difficiles, par contre, nous essayons de rassurer, d’éviter que le groupe ne se disperse. Mais jusqu’à maintenant, nous n’avons vraiment eu aucun souci de ce côté là. Mon rôle était donc surtout de répondre présent lors des passages difficiles. »

Pour finir, que pensez-vous du tirage au sort des huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue ?

C.M. : « J’aurais préféré jouer Marseille à domicile. Nous irons là-bas avec des ambitions. Se rendre au Vélodrome n’est jamais évident mais tout est possible en Coupe, nous l’avons démontré en l’emportant à Bordeaux. L’OM est une grosse équipe, comme en atteste sa victoire récente à Liverpool en Ligue des Champions. Mais si nous gardons le même état d’esprit, nous pouvons y croire. De toute façon, si nous voulons aller loin, il faut battre les grosses équipes… »

Cette interview a été réalisée lors du Club D!rect de jeudi, vous pouvez également retrouver l'émission en format audio.

A lire également

21oct2019

Supporters

Supporters du FC Metz, si vous souhaitez venir encourager les Grenats à Lyon à l'occasion de la 11ème journée de Ligue 1 Conforama au Groupama...
Lire la suite

Actualités

Ce mardi, les Grenats s'entraîneront dans la matinée. La séance du jour aura lieu à partir de 10h00 ! Par ailleurs, à tout moment, une séance d'...
Lire la suite

Gratification

Auteur d'une excellente prestation dans l'axe du milieu de terrain messin, Kevin N'Doram figure dans l'équipe type France Football de la 10ème...
Lire la suite