Une peluche Grayou offerte à chaque nouveau-né mosellan !

Metz revoit la lumière !

Les Grenats ont mis fin à plus de deux mois de disette en l\'emportant à l\'arrachée sur Angers à Saint-Symphorien (1-0).
Partager cet article :

La réaction est à la hauteur de la frustration accumulée. Lorsque Youssef Mokhtari est enfin parvenu à battre Padovani dans les arrêts de jeu de la partie, offrant aux siens une victoire quasi-certaine, le banc de touche des Grenats a laissé éclater sa joie. Le dernier succès du FC Metz, contre Le Havre, était vieux de plus de deux mois. Une attente insoutenable qui a également lourdement compromis les chances de montée de l'équipe.

Ces chances existent toujours, au moins jusqu'à mardi soir. Arles et Clermont, concurrents des Messins, joueront pour éteindre les dernières lueurs d'espoir du côté de Saint-Symphorien. En attendant, les hommes de Joël Muller ont rempli leur contrat, après s'être longtemps montrés maladroits dans la finition, en dépit des bonnes dispositions dans le jeu.

Ce n'est pas en première période que les occasions furent les plus nombreuses. Fébriles, les Mosellans peinèrent à mettre en danger leur adversaire. On vit juste Vincent Bessat buter sur Jean-Daniel Padovani (16°) et Sylvain Wiltord (32°). Bien peu pour espérer l'emporter. A l'inverse Claudio Keseru trouvait le petit filet d'Oumar Sissoko (20°). Le jeune gardien remplaçait Christophe Marichez, blessé pendant l'échauffement, au pied levé.

Les quarante cinq dernières minutes furent beaucoup plus plaisantes. Les Messins se montrèrent immédiatement dangereux par l'intermédiaire de Romain Rocchi sur corner (46°) puis Victor Mendy au terme d'un bon débordement de Cheikh Gueye (60°). Un fait de jeu allait encourager les Lorrains à poursuivre dans cette voie : l'exclusion de Sébastien Renouard pour un second avertissement permettait aux locaux de finir en supériorité numérique.

Le mauvais souvenir d'Arles ne sembla pas trotter dans les têtes messines. Toujours offensifs, les Messins n'hésitaient pas à se découvrir. Cela aurait pu profiter à Angers, habile en contre, mais Oumar Sissoko s'opposa à Claudio Keseru (83°) avant d'être sauvé par son poteau (87°). Un signe, malgré les échecs de Diafra Sakho (77°) puis Victor Mendy (81°) devant le but, que le vent avait tourné. Au terme d'un long déboulé de Cheikh Gueye, Mario Mutsch parvint à donner à Youssef Mokhtari un ballon idéal. Le but de l'espoir pour le FC Metz (1-0, 90°+3).

A lire également

31Mar2020

Interview

À l'image de ses coéquipiers messins, l'infatigable Habib Maïga a dû mettre sa saison entre parenthèses, confinement oblige. L'international ivoirien...
Lire la suite

30Mar2020

Web TV

30/03/2020 Le zapping des Grenats : saison 2, épisode 2 ! Toutes les vidéos
Lire la suite

28Mar2020

Web TV

28/03/2020 Joyeux anniversaire Thierry ! Toutes les vidéos
Lire la suite