Une peluche Grayou offerte à chaque nouveau-né mosellan !

Les Luxembourgeois sans complexe

Selon Jeff Strasser, l’équipe du Grand Duché aborde la partie avec calme. Elle espère faire bonne figure face au favori, la France.
Partager cet article :

Comment la sélection luxembourgeoise prépare-t-elle le match face à la France ?

J.S. : « Evidemment, on parle beaucoup plus autour de nous de ce match face à la France que de celui de la Biélorussie. Nous sommes très sereins en tout cas, le groupe fonctionne bien. Il y a pas mal de jeunes éléments, et quelques vieux qui trainent comme moi (rires) ! Nous avons bien travaillé, en sachant parfaitement que nous serons les outsiders. Ce sera très dur pour nous, d’autant que la France est en phase de reconquête. Elle est probablement plus dangereuse encore. »

Quel est l’objectif pour le Luxembourg face à un tel adversaire ?

J.S. : « Il faut que cela soit un plaisir pour nous. Pour espérer faire un résultat, nous devrons nous montrer enthousiastes, solidaires, et évoluer en bloc. En ayant une bonne organisation, et en étant chacun au maximum de ses capacités, tout peut arriver. On ne sait jamais à l’avance le scénario d’une partie. Contre la Bosnie, nous n’étions pas dans le coup et le match était plié au bout d’un quart d’heure. A l’inverse, dans la foulée nous avions plutôt fait de bonnes choses en Albanie. »

Votre carrière de joueur touche à sa fin, comptez-vous rester dans le football par la suite ?

J.S. : « Cela fait un an que je travaille à l’obtention de mes diplômes d’entraîneur. Je compte poursuivre dans cette direction les années suivantes et m’y consacrer pleinement. A l’avenir, j’aimerais rester dans le monde du football. Je sais que devenir entraîneur n’est pas facile car les candidats sont nombreux, mais je pense pouvoir y parvenir ! »

Vous êtes le recordman des sélections au Luxembourg, allez-vous poursuivre votre action au sein du football luxembourgeois ?

J.S. : « J’ai pris l’habitude de travailler dans le milieu professionnel. Et j’ai tout de même fréquenté, en Allemagne notamment, des clubs disposant d’installations de très haut niveau. Je me vois bien entraîner dans l’un des clubs dans lesquels j’ai évolué, en Allemagne ou en France, car cela facilite les choses à mon sens. La fédération luxembourgeoise de football peut aussi m’intéresser. C’est sans doute l’organisme dont le fonctionnement se rapproche le plus d’un club professionnel. »
 

A lire également

04juin2020

Transfert

Prêté par l’AS Monaco lors de la saison 2019-2020 de Ligue 1 Conforama, Kevin N’Doram reste en Moselle ! Le milieu de terrain défensif vient d'être...
Lire la suite

Actualités

Après plus de trois mois d'arrêt, il est bientôt l'heure de regagner les terrains d'entraînement pour les Grenats. Le groupe professionnel se...
Lire la suite

03juin2020

Web TV

03/06/2020 Joyeux anniversaire Papiss ! Toutes les vidéos
Lire la suite